Ecofin Gestion Publique

Plus de 40% des activités peuvent être automatisées dans 5 pays d’Afrique (Rapport)

(Agence Ecofin) - L’Afrique doit-elle craindre les robots? Selon une étude du cabinet McKinsey publié dans le Harvard Business Review, entre 41% et 51,9% des activités professionnelles pourraient être automatisées dans cinq grands pays africains, à savoir : le Kenya, le Maroc, le Nigéria, l’Egypte et l’Afrique du Sud.

Le document qui porte sur 46 pays, à travers le monde, employant 80% de la force de travail de la planète, indique que l’automatisation et l’intelligence artificielle pourraient suppléer à 1,2 milliard d’emplois à temps plein générant une masse salariale de 14,6 trillions de $. Quatre économies, à savoir: la Chine, l’Inde, le Japon et les USA représentent à elles seules la moitié de cette masse salariale et les 2/3 des emplois pouvant être automatisés. La Chine et l’Inde sont, avec 700 millions de travailleurs, les deux pays susceptibles de payer le tribut le plus lourd si cette révolution devait advenir.

Alors que l’automatisation pourrait contribuer à une augmentation annuelle de la croissance variant entre 0,8% et 1,4%, son impact sur les plus grandes économies de la planète sera, d’ici 2065, équivalent à l’addition de 1,1 à 2,2 milliards de travailleurs à plein-temps à la force de travail mondiale.

Si pour les économies développées qui connaissent actuellement le vieillissement de leur population active et une natalité faible, l’automatisation constituera un facteur de maintien du niveau de vie, elle contribuera à booster la production dans les pays émergents confrontés au même problème de vieillissement de la population active. En ce qui concerne les nations émergentes avec une population jeune, catégorie dans laquelle se retrouvent les pays africains concernés par l’Etude, l’automatisation constituera un facteur additionnel dans la poursuite d’un meilleur niveau de vie et donc, dans l’augmentation de la production.

Cependant, spécifie l’étude, l’automatisation ne sera pas un processus sans difficultés. Au nombre des obstacles qu’elle rencontrera, il faut citer le cadre qui sera tracé par diverses politiques, le coût des technologies qui n’est pas toujours plus avantageux qu’une main d’œuvre humaine dans certains pays et l’accueil qui leur sera fait d’un point de vue social.

Classement des pays africains par pourcentages des activités pouvant être actuellement automatisées au vu de toutes les technologies actuellement disponibles.

Kenya: 51,9%

Maroc: 50,5%

Egypte: 48,7%

Nigéria: 45,7%

Afrique du Sud: 41%

Aaron Akinocho


Ecofin Gestion Publique     


LES PLUS LUS 7 jours
1 mois
6 mois
Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance

GESTION PUBLIQUE TV

BoutonRS