logomenuagenceecofin

Pacte Mondial et ONU FEMMES : l’autonomisation des femmes favorise la croissance

(Agence Ecofin) - Comme chaque année, la journée du 8 mars sera consacrée à la femme. Pour marquer l’événement, les actions des administrations et des entreprises en Afrique se limitent parfois à la distribution des pagnes.

N’est-il pas temps pour les décideurs, cadres et dirigeants d’amorcer une réelle réflexion sur la place des femmes dans leur business model. Il s’agit de nouvelles opportunités de business et de croissance économique. L’ONU Femmes et le Pacte Mondial des Nations Unies en sont convaincus. C’est la raison pour laquelle ils sont à l’initiative de « Principes d’autonomisation des femmes : pour l’entreprise aussi, l’égalité est une bonne affaire ».

Il s’agit d’une adaptation des Calvert Women’s Principles®. Les Principes de Calvert pour les femmes ont été élaborés en partenariat avec l’UNIFEM et lancés en 2004 en tant que premier code de conduite des entreprises exclusivement centré sur l’autonomisation et la promotion des femmes et l’investissement dans celles-ci au niveau mondial. 

Les Principes d’autonomisation des femmes sont le fruit d’un processus de consultation multipartite international lancé en mars 2009. La 4th Annual Equality Means Business Event a d’ailleurs eu lieu le 6 mars 2012 sur le thème « l’égalité des sexes pour les entreprises durables »

Les 7 principes d’autonomisation des femmes sont :

  • Avoir une direction favorable à l’égalité des sexes au plus haut niveau des entreprises.
  • Traiter tous les hommes et les femmes de manière équitable au travail – respecter et appuyer les droits humains et la non-discrimination.
  • Garantir la santé, la sécurité et le bien-être des travailleurs des deux sexes.
  • Promouvoir l’éducation, la formation et le développement professionnel des femmes.
  • Mettre en œuvre des pratiques permettant d’autonomiser les femmes au niveau du développement des entreprises, de la chaîne logistique et du marketing.
  • Promouvoir l’égalité grâce à des initiatives communautaires et à la mobilisation.
  • Mesurer et faire rapport publiquement sur les progrès réalisés en faveur de l’égalité des sexes.

D’après The gender dividend: Making the business case for investing in women une étude publiée par Deloitte l’année dernière, investir sur les femmes peut produire un important « dividende genre » résultat d’une montée en puissance des consommatrices, qui contrôlent déjà environ 20000 milliards de dollars des dépenses de la consommation totale à l’échelle mondiale et influencent jusqu’à 80 % des décisions d’achat. Dans un rapport publié en 2010, The Business of Empowering Women McKinsey & Company démontrent pourquoi et comment le secteur privé peut intensifier son engagement en faveur de l’autonomisation économique des femmes dans les pays en développement et les marchés émergents.

BoutonRS