Yaoundé-Genève | 24 juillet 2014

En développant la transformation du cacao, l’Afrique se protège de la volatilité des cours mondiaux

En développant la transformation du cacao, l’Afrique se protège de la volatilité des cours mondiaux

(Agence Ecofin) - Selon les statistiques révélées par Jean Marc Anga (photo), le directeur exécutif de l’Organisation internationale du cacao (ICCO) à l’ouverture de Festicacao 2013 le 28 novembre à Monatélé, au Cameroun, l’Afrique produit 71% du cacao dans le monde, mais n’en transforme que 4%.

Cette situation, a souligné le directeur exécutif de l’ICCO, est transposable au Cameroun, pays qui produit en moyenne 225 000 tonnes de cacao depuis 5 ans, mais ne transforme qu’entre 25 et 30 000 tonnes.

A cause de ce délaissement de la transformation, le vaste bassin de production de cacao qu’est l’Afrique «se met à la merci de la volatilité des cours sur le marché mondial», a souligné M. Anga, en prenant l’exemple de la Malaisie qui, selon lui, «a fait le choix stratégique de s’orienter vers la transformation», plus porteuse de plus-value.

En effet, a révélé le directeur exécutif de l’ICCO, en 1960, la Malaisie produisait environ 300 000 tonnes de cacao et ne transformait que 25 000 tonnes de fèves. Mais au cours de la campagne 2012-2013, le pays a produit seulement 7000 tonnes de cacao et transformé 300 000 tonnes...

Lire aussi

29-11-2013 - Les producteurs de cacao au Cameroun ont engrangé 250 milliards de FCfa au cours de la campagne 2012-2013

14/11/2013 - Le Cameroun veut transformer localement 50 000 tonnes de cacao à la fin de la campagne 2013-2014

App Agence Ecofin
Téléchargez l'application de l'Agence Ecofin gratuitement

iPhone App  App Android

ARTICLES AGRO LES PLUS LUS